.
Tuesday 19 November 2019
Friday 22 November 2019
Workshop
semestre 1
2019-2020
RDV à 10h à l'amphithéâtre le 1er jour
amphithéâtre puis atelier photo
12

Dans le cadre du projet collectif " Enseigner et Apprendre "

Éric Aupol et Florence Chevallier

À partir des documents nombreux que nous allons récolter sur l’école du Bauhaus,(1919-1933), nous pourrons analyser les espaces, la place des étudiants au sein de l’école la place des femmes dans et face au corps enseignant, la pédagogie, l’utopie de cette école et en montrer les faiblesses, les errements, les mensonges et la fascination qu’elle continue d’exercer.
Le groupe de « photographes » impliqué dans ce workshop pourra comparer avec l’ENSA Bourges, et produire des images, des documents, des textes qui rendront compte de la réalité de cette école (à travers ses différents ateliers (métal, céramique,volume , peinture ,édition, vidéo et photo) de la vie de l’école et de ses étudiants mais aussi de ce qu’ils et elles souhaiteraient qu’elle soit ou qu’elle devienne.

La photographie occupe une place essentielle dans l’exposition de 1923, à la fois comme œuvre et comme témoignage documentaire. Les stéréotypes et photogrammes, fruits des expérimentations de Moholy Nagy, qui fondera le nouveau Bauhaus à Chicago en 1937, alternent avec les photographies des étudiants, qui prennent pour objet la vie quotidienne et les nombreuses fêtes de l’école, réévaluant ainsi la place de l’homme dans un monde envahi par la technique et l’industrialisation. »

--

Bibliographie :

À travers les portraits des maîtres du Bauhaus (Klee, Mies van der Rohe...) que dresse le spécialiste Nicholas Fox Weber, on replonge dans l’époque de l’aînée des écoles d’art moderne, où les utopies guidaient constamment la créativité. C’est en côtoyant longtemps le seul couple parmi les résidents du Bauhaus, Josef et Anni Albers, que Nicholas Fox Weber a pu pénétrer les secrets de cette petite « bande ». Un ouvrage magistral qui entraîne le lecteur dans les (més)aventures de ce courant initié par l’architecte Walter Gropius et qui hésite souvent entre la petite et la grande histoire.
> La Bande du Bauhaus, de Nicholas Fox Weber

Il y a trois ans, le musée des Arts décoratifs rendait hommage à l’esprit du Bauhaus en présentant plus de 900 œuvres. Ce catalogue de l’exposition est surtout une vision impressionniste du courant artistique et lance des pistes de réflexion. Parmi les sujets évoqués : « Le génie du style Bauhaus et sa portée universaliste », « Du Moyen Âge à l’Art nouveau : les sources du Bauhaus »... Le livre consacre une large part aux onze ateliers qui composaient l’école : menuiserie, textile, théâtre, architecture... Et propose un regard sur la maison-témoin de l’exposition de 1923 à Weimar. Vivifiant !
L’Esprit du Bauhaus, collectif, Les Arts décoratifs, 288 p., 39 €.

Figure majeure du Bauhaus, Ludwig Mies van der Rohe a eu une vie intrinsèquement liée à la politique de son époque, des recherches théoriques sur le béton qu’il mena très jeune à son rapport ambigu au national-socialisme puis son départ d’Allemagne pour Chicago, où il délivrera sa vision d’une Amérique moderne à travers ses projets de verre et d’acier. À l’aide de textes, de photos et de plans, ce livre retrace l’évolution multiforme de son travail. Le théoricien Jean-Louis Cohen livre ici une biographie fascinante et mise à jour l’année dernière.
> Ludwig Mies van der Rohe, de Jean-Louis Cohen, Birkhaüser, 192 p., 45 €.

Si l’on connaît par cœur les œuvres et artistes majeurs du Bauhaus, il est intéressant d’en retrouver les répercussions sur les designers contemporains. Le musée Vitra propose, dans ce catalogue, de revenir sur le lexique de ce courant (artisanat, danse, inflation, Zeitgeist...), puis de mettre en lumière des documents d’archives avec, en vis-à-vis, des créations et citations de designers actuels (Hella Jongerius, Arik Levy, Antonio Citterio). Un ouvrage retraçant l’exposition
itinérante qui a démarré en 2015 et se poursuit en 2019 jusqu'au Danemark
> The Bauhaus: #itsalldesign, collectif, Vitra Design Museum, 464 p., 80 €.

Si le Bauhaus fut longtemps un modèle absolu de modernité, des voix se sont récemment élevées pour révéler que les femmes y étaient en retrait et quasiment systématiquement orientées vers les classes de tissage. Pour la première fois, un ouvrage est voué uniquement à ces filles, qui ont dû briser les conventions pour s’épanouir ici. À l’instar de Marianne Brandt, la plus célèbre d’entre elles, on y découvre des photos de femmes remarquables et émouvantes par leur énergie, leur fraîcheur, leur joie de vivre, leur anticonformisme, leur créativité et leur liberté absolue...
> Les Filles du Bauhaus, de Patrick Rössler, Taschen, 480 p., 30 €.

RadioRadio

Une radio temporaire de création fabriquée par des étudiant(e)s de l’Ensa Bourges
en FM : 105.1 à Bourges
et sur le web

Atelier sonore d’esthétique

Créé en 2005, l’Atelier sonore d’esthétique, est un séminaire de recherche esthétique en création sonore expérimentale — site web

Arts et créations sonores

Post-diplôme en partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges — d'électroacoustique — site web

dsra
document & art contemporain

3e cycle — avec l'ÉESI Poitiers-Angoulême — site web