ActualitéAction culturelleExpositions2019-2020Vivace et Troppo - le verre à l'état libre
.
vendredi 24 juillet 2020
dimanche 20 septembre 2020

du mardi au dimanche de 15h à 19h
Château d'eau - Château d'art / Bourges

co-production Ville de Bourges - Ensa de Bourges - Ville d'Amboise

Michel Paysant, " Handsign ", 2014-2015

Vivace et Troppo - le verre à l'état libre

Commissariat d'Yves Sabourin

Vivace et Troppo – le verre à l’état libre présente 85 œuvres créées par 38 artistes invités sont exposées dans les 11 alcôves offertes dans l’enceinte de l’Ancien Château d’Eau, une seule œuvre est installée dans le grand ring.
L’exposition est presque totalement frontale sauf pour l’œuvre dans le grand ring. Le public défilera devant les alcôves sans pouvoir pénétrer dans les alcôves les œuvre sont présentées sur du mobilier qui épouse en grande partie la surface de chaque alcôves servant également de protection pour les œuvres.

VIVACE est née d’un regard partagé sur notre patrimoine verrier en Région Centre-Val de Loire, par des artistes de l’École nationale supérieure d’art (Ensa de Bourges), des sociologues de l’université de Tours (CETU-ETIcS) et des scientifiques du CNRS à Orléans (laboratoire CEMHTI ‘Conditions Extrêmes et Matériaux : Haute Température et Irradiation’). Tous se sont interrogés à leur manière, avec leur expérience, leur intuition et leurs connaissances, sur les liens étroits entre les hommes, les sociétés et ce matériau transparent comme de l’eau, brillant comme un diamant, façonnable et corvéable, fascinant, qu’est le Verre. Dans son sillage, la recherche VIVACE a fait appel aux collections des musées (Musées des Beaux-Arts de Chartres et d’Orléans, Musée de Vierzon), aux verriers de la Verrerie d’Art d’Amboise-Chargé, témoins des gestes et techniques ancestrales des souffleurs de verre, de la créativité technique et artistique incessante de l’homme : même contraint à des taches de production routinière, la créativité est libérée quand le verrier s’abandonne au bousillage. Les productions de cette recherche ont été multiples et animées de cette transdisciplinarité unique. L’exposition que nous offre Yves Sabourin est l’un des aboutissements de VIVACE, dans sa plénitude artistique, une exposition de mouvements, de couleurs et de textures animées au cœur de la matière figée, émouvante et vibrante. Cette exposition raconte les mains, les formes, les outils, les émotions, le passé le présent. Elle mêle les premiers pas de jeunes artistes guidés par Françoise Quardon et les œuvres puissantes d’artistes consacrés, le patrimoine régional et national, déroutante intemporalité et profusion des inspirations. Je tiens à remercier très chaleureusement Yves Sabourin pour son implication dans la mise en œuvre de ce projet en tant que commissaire d’exposition aux côtés de l’artiste Françoise Quardon, d’Antoine Reguillon, directeur de l’Ensa Bourges et de Chloé Nicolas responsable des expositions, qui sans hésitation ont accepté de s’associer à ce projet ambitieux qui nous conduit à l’exposition ‘Vivace et Troppo, le verre à l’état libre’. Je remercie aussi vivement Annie Duval, gérante de la verrerie d’art Patrick Lepage et Pierre Gallou, souffleur de verre qui ont accompagné au plus près la recherche VIVACE et permis l’aboutissement technique des réalisations des jeunes artistes. Merci aux musées, à Centre Sciences et CICLIC qui j’espère verront un bel aboutissement du projet VIVACE à travers cette exposition. Enfin tout cela n’aurait pu prendre naissance sans la confiance de la Région Centre-Val de Loire, financeur de cette recherche : merci d’avoir cru en cette recherche innovante !

Mais je ne suis pas artiste alors permettez-moi de prendre mes mots de scientifique pour
commenter cette exposition .... Comme l’artiste, le scientifique perçoit le monde en y cherchant l’imperceptible. Il envisage la matière à travers ce qu’elle a de plus profond, en violant son intimité invisible grâce à d’ingénieux microscopes et dispositifs techniques. Au-delà des surfaces tangibles, le scientifique imagine et pense l’harmonie des arrangements moléculaires, la chorégraphie parfaite des entités atomiques de l’infiniment petit. Pourtant la rupture de symétrie, le détail, l’impureté sont source d’apothéose. Si le détail fait l’œuvre, un atome prend la place d’un autre, et c’est toute la symétrie qui est bousculée, et le physicien bouleversé découvre une couleur inédite, une propriété nouvelle, révolutionnaire. Une porte s’ouvre sur la découverte. Mais le scientifique n’a fait que lever un pan étroit du voile de son extrême ignorance, comprendre un détail de ce que nous livre l’univers. La matière est pour lui énergie et mouvement, même inanimée, dépourvue de vie sans ces précieux acides aminés, le verre, matière minérale n’est que vibrations atomiques, déplacements et désordre. Le scientifique tente d’expliquer de comprendre. Il expérimente, compare, formule des hypothèses et des modèles souvent
simplifiés devant la complexité de notre monde. Céline Assegond, notre sociologue a scruté et décortiqué nos cheminements aux uns et aux autres, artistes et scientifiques, notre relation à la matière, aux techniques, recherches et réflexions faites de divergences et de similitudes. L’exposition ‘Vivace et Troppo – le verre à l’état libre’ accueille le visiteur néophyte ou spécialiste, interpelle le sociologue ou le scientifique, renvoie aux savoir-faire créatifs, à la soif de connaissance et de compréhension du monde, dans une cohésion et une harmonie d’ensemble.

Avec Marie Collin, jeune chercheuse, nous nous sommes beaucoup interrogées sur l’épreuve du temps : comment le verre traverse-t-il les siècles, confronté à différents environnements chimiques et physiques, quels remèdes pouvons-nous apporter à son altération ? Et l’artiste, se soucie-t-il de l’épreuve du temps sur son œuvre ? Dans Vivace et Troppo, le verre à l’état libre Yves Sabourin nous renvoie à un temps transcendé où Bernard Perrot côtoie les frères Blaschka ou encore Jean-Michel Othoniel... réponse
d’artistes qui nous invite à visiter, contempler, dans l’écrin minéral de l’ancien Château d’eau à Bourges.

Nadia Pellerin

> Lien vers l'article consacré à l'exposition Vivace et Troppo - le verre à l'état libre dans le hors-série n°28 du magazine Artension

RadioRadio

Une radio temporaire de création fabriquée par des étudiant(e)s de l’Ensa Bourges
en FM : 105.1 à Bourges
et sur le web

Atelier sonore d’esthétique

Créé en 2005, l’Atelier sonore d’esthétique, est un séminaire de recherche esthétique en création sonore expérimentale — site web

Arts et créations sonores

Post-diplôme en partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges — d'électroacoustique — site web

dsra
document & art contemporain

3e cycle — avec l'ÉESI Poitiers-Angoulême — site web