Post-diplômesArts et créations sonoresProgramme
.
Garam Choi / Promotion 2018-2019

Programme

Arts & créations sonores

Le contenu général de la formation

Première année :

Une partie du temps est consacrée aux huit modules de cinq jours au cours desquels les étudiants doivent suivre les
séminaires obligatoires comportant des temps de formation pratique et théorique, dispensés par des intervenants extérieurs, des plages de rencontre et d’analyse critique de leur projet de recherche. Une autre partie est organisée librement par les étudiants pour conduire leur recherche personnelle qui peuvent solliciter les ressources des institutions d’accueil. 
Les huit semaines sont articulées autour des thématiques définies. Un travail de parrainage en direction des étudiants du cursus de l’Ensa est mené par les artistes du post-diplôme, tout au long de l’année. La dernière semaine est consacrée à l’installation et la monstration des projets personnels. Une présentation sous forme d’exposition dans une structure partenaire est organisée en fin d’année.

Les interventions extérieures sont choisies sous la responsabilité d’un comité scientifique comprenant les directeurs des deux structures, au moins un enseignant de chaque structure, Jean-Michel Ponty et Jérôme Joy ainsi que Roger Cochini personnalité extérieure associée pour l’Ensa et Rémy Dury pour le Conservatoire. Chaque intervenant est présent pendant une journée et demie afin de développer sa communication et de pouvoir consacrer un temps de dialogue portant sur chaque projet de création. Son intervention peut prendre la forme de cours, d’atelier, de séminaires, etc. Certains enseignants de l’Ensa sont également invités à participer à un module dans l’année

D’autres personnalités sont associées au fonctionnement général du Post-diplôme : Martin Laliberté Compositeur et Chercheur. Professeur des Universités à l’Université Paris-Est Marne la Vallée.

Deuxième année :

La recherche personnelle se finalise sous la forme de résidences dans des structures partenaires, adaptées aux contenus mêmes de chaque projet. Toutefois, le lien avec l’école reste actif et ce, sous la forme de séminaires réunissant l’ensemble du groupe, la nouvelle promotion du post- diplôme et les étudiants en cours de cursus de l’Ensa. Une édition sous forme graphique et audio est produite à l'issue du cursus complet du post-diplôme (un blog sous forme de journal est actif depuis la première année sur le site de l’Ensa Bourges).

---

Le détail de la formation 2018-2019


Calendrier de la formation
 

- Semaine 1 : du 1 au 5 octobre 2018
- Semaine 2 : du 5 au 9 novembre 2018
- Semaine 3 : du 3 au 7 décembre 2018
- Semaine 4 : du 7 au 11 janvier 2019
- Semaine 5 : du 4 au 8 février 2019
- Semaine 6 : du 4 au 8 mars 2019
- Semaine 7 : du  15 au 19 avril 2019
- Semaine 8 : du 13 au 17 mai 2019

Invités du post-diplôme 

DÉCEMBRE > Yvan Étienne > Mardi 4 / Mercredi 5 décembre
                     > Alexandre Castant > Mercredi 5 / Jeudi 6 décembre

JANVIER > Philippe Mion > Mardi 8 / Mercredi 9 janvier
                > Neal Beggs > Mercredi 9 /Jeudi 10 janvier

FÉVRIER > Lionel Marchetti > Mardi 5 février / Mercredi 6 février
                > Érik Bullot > Mercredi 6 / Jeudi 7 février

MARS > Violaine Lochu > Mardi 5 mars / Mercredi 6 mars
           > Jérôme Joy > Mercredi 6 / Jeudi 7 mars

(Programme des mois suivants en cours de construction)

Biographie des invités 

Martin Laliberté

Compositeur né à Québec en 1963, a suivi des études supérieures de composition et de musique informatique et électroacoustique au Québec, et en Californie (Master’s de composition musicale).

Après avoir travaillé à Hollywood et au Québec comme compositeur et arrangeur à la pige pour le cinéma, la scène et la télévision, il habite, compose et effectue des recherches à Paris depuis 1988. Avec des camarades, il fonde en 1990 l’association Mixture, collectif se proposant de diffuser et susciter la jeune création musicale internationale à Paris ainsi que l’usage actif des nouvelles technologies musicales. Ce travail se prolonge aussi dans le groupe de théâtre musical Fabulacoustica depuis 2002.

Il termine en 1994 un doctorat sur les musiques contemporaines et les nouvelles technologies musicales à l’EHESS/IRCAM, sous la direction d’Hugues Dufourt et devient Maître de Conférences à l’Université de Bourgogne en 1995, puis à Marne-la-Vallée en 2002 où il co-fonde l’UFR des Arts et Technologies. Élu Professeur des Universités à l’Université de Paris-Est en 2006, il en dirige le Département de Cinéma, Audiovisuel, Arts Sonores et Numériques de 2006 à 2010 ainsi que l’école d’ingénieurs IMAC. Il demeure actuellement le directeur de l’équipe de recherches CCAMAN interne au LISAA EA-4120 et le responsable du Master Lettres et Arts.

Son travail de recherche porte sur les mutations esthétiques présidant aux renouveaux musicaux contemporains, sur les mutations des outils de la musique et du son ainsi que sur les causes profondes des développements organologiques occidentaux. Une étude approfondie des modèles vocaux et percussif en découle. En complément, ses recherches le poussent à s’interroger sur les musiques dramatiques de tous types, de l’opéra à l’œuvre radiophonique, sur les rapports entre musique et image et sur les transferts nombreux entre les sphères musicales dites savantes et celles dites populaires.

Le catalogue de ce musicien fasciné par l’incroyable fécondité du geste humain et de l’expressivité musicale comporte tant des musiques instrumentales — musique de chambre, lyrique et orchestrale que des musiques informatiques ou mixtes. La pièce pour orchestre les abandons de nos miroirs a reçu le prix de la SACEM au concours international de composition de Besançon, en septembre 1990. En 2000-2001, il est le compositeur en résidence auprès de l’Ensemble vocal féminin nivernais et obtient une Commande de l’État pour la pièce Les chants de la main gauche composée à cette occasion. Son opéra pédagogique Alba, Commande du Conservatoire à Rayonnement Régional du Val-Maubuée a été créé au printemps 2013, après plus d’une année de travail en résidence.

Yvan Étienne

Artiste / activiste, commissaire d’exposition, directeur de la collection Ohcetecho aux Presses du réel, Yvan Etienne élabore des installations intermédia, des dispositifs de diffusions scénographiques, des concerts. Conçus comme des espaces à expérimenter, ses travaux sont généralement liés aux contextes, aux spécificités in situ, acoustiques et architecturales des espaces investis. Ses projets explorent les propriétés immersives, invisibles, mouvantes et fugaces du son, pour rejouer nos appréhensions et construire un dialogue en écho avec des corps résonnants (visiteurs, architectures, contextes). Réalisés à partir de sculptures, de phonographies, de compositions instrumentales, électroniques, ses expériences convoquent réflexions intuitives et questionnement des stéréotypes de la perception. 

En tant que musicien, il compose et joue des pièces utilisant la vielle à roue, les synthétiseurs analogiques, la phonographie et l’électronique. Ses recherches questionnent la perception des corps résonants. Il a joué avec avec Phill Niblock, Yann Gourdon, Richard Glover, Brice Jeannin, Patrice Grente, Julien Ottavi, Robert Poss, Paul Panhuysen, Marie Verry, Joachim Montessuis. 

En continuité de ses pratiques il œuvre à la diffusion des pratiques sonores et intermédia comme programmateur et commissaire d’expositions indépendant. En tant que commissaire, il a organisé les expositions de Paul Panhuysen, Brandon Labelle, Christof Migone, Maxime Vernier, Phill Niblock, Henri Chopin, Feed me with your kiss au Consortium de Dijon, Resonant Bodies à l’ISBA de Besançon et programmé les festivals Oh cet echo et Architectone (Salines royales d’Arc et Senans), NYC Sound au CAPC de Bordeaux, ainsi que divers concerts.

Alexandre Castant

Né en 1965 à Montpellier, est professeur des Écoles nationales supérieures d’art, essayiste & critique d’art. Diplômé en esthétique et philosophie de l’art de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne (Doctorat, 2000), après avoir étudié la littérature générale et comparée à l’université Paul Valéry Montpellier-III (Maîtrise & D.E.A., 1990 & 1991), et, préalablement, obtenu un baccalauréat scientifique (D), il est, depuis 2003, professeur d’esthétique et histoire de l’art contemporain à l’École nationale supérieure d’art de Bourges où il dirige le séminaire, sur la création sonore et les arts visuels, L’Atelier sonore d’esthétique.

Parallèlement, il a été chargé de cours à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg (1997-2007), à l’École supérieure d’art du Port, île de La Réunion (2003-2012) ainsi que, en 2014 et 2018 en Chine, à l’École offshore/XiYiTang de Shanghai et la Shandong University of Arts de Jinan.

Essayiste, ses ouvrages étudient les relations poétiques et esthétiques entretenues par les arts, réinventées par leurs translations sémiologiques, et constitutives d’un nouvel horizon utopique.
Journaliste, critique d’art sociétaire de l’Association internationale des critiques d’art, il publie un premier texte en 1990 dans le magazine Eighty, et, depuis, a participé à de nombreux périodiques pour y analyser, en particulier, la photographie - du documentaire et du photojournalisme à l’art contemporain -, les arts sonores ou les relations trans-esthétiques (photographie, vidéo, cinéma, son…).

Philippe Mion

Études musicales au CNSM de Paris, en musicologie à la Sorbonne et partout ailleurs à l’usage de ses oreilles. Guitariste de formation classique ayant abandonné la pratique professionnelle pour la composition.

La rencontre de Pierre Schaeffer, dont il a suivi l’enseignement et dont il a été ensuite l’assistant, a été déterminante dans le choix de ses premières orientations de compositeur. A collaboré durant près de 15 ans aux activités du Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) puis poursuivi un itinéraire indépendant où perdure un goût de la musique acousmatique et plus généralement une sensibilité expérimentale en musique.

Outre la composition, il s’est intéressé au métier du concert électroacoustique (régies de concerts et interprétation d’œuvres acousmatiques sur dispositifs de haut-parleurs), à la radio (producteur à Radio-France de 1979 à 1982, émissions «Éveil à la musique» et «Concerts-lecture»), à l’enseignement, surtout de la composition électroacoustique et de l’analyse musicale, et plus largement à la pédagogie d’une démarche expérimentale en musique.

Depuis 1979, il mène des activités pédagogiques mais avant tout musicales à l’intention d’enfants, d’amateurs, de jeunes musiciens professionnels, d’enseignants ou de conseillers pédagogiques… formateurs musicaux divers, dans des cadres associatifs ou institutionnels (Écoles de musique, écoles normales, IUFM, CFMI d’Université, CeFeDem…)

Titulaire du CA d’électroacoustique, il enseigne le composition électroacoustique au Conservatoire de Vitry-sur-Seine et l’analyse musicale au Conservatoire royal de Mons (Belgique).

Pensionnaire de la Villa Médicis à Rome de 1989 à 1991. Prix Sacem 1996 Stéphane Chapelier et Prix Sacem 2002 de la partition pédagogique.

Ses ouvrages pour le concert, le ballet, le théâtre et, pour une moindre part, le cinéma, reflètent l’importance qu’il accorde en composition au point de vue perceptif et aux émotions; il ne conçoit pas d’abstraction musicale qui ne s’en nourrirait initialement.

Parmi ses compositions, des œuvres purement acousmatiques, des œuvres «mixtes» (mélangeant de diverses manières électroacoustique et instruments ou voix), des œuvres instrumentales ou vocales, deux opéras et plusieurs ouvrages de théâtre musical.

Neal Beggs

Originally from Northern Ireland, Neal Beggs studied Art at Sheffield (BA) and Glasgow (MFA) before moving to France in 2001. He now lives near Nantes (France).

His work spans many different media and forms including sculpture, painting, video, walking, sound, text, etc, and rather than ‘being about something’, he prefers to think of his work as being the ‘result of something’; a product of the culture and times in which we live.

In 2012 Neal Beggs received the Brussels Art Fair Prize for Sculpture. He exhibits regularly within France and Europe and is represented by the Brussels gallery Aliceday. His work is located in several public and private collections.

In addition to his personal practice Neal Beggs is also a founding member of the international art collaboration ‘Shipsides and Beggs Projects’.

Neal Beggs is responsible for the promotion of English as a spoken language within the School.

Lionel Marchetti

Compositeur français né le 17 septembre 1967 à Marseille.

D’abord autodidacte, Lionel Marchetti explore ensuite le répertoire de la musique concrète avec Xavier Garcia (compositeur et musicien de l’Arfi, Association à la Recherche d’un Folklore Imaginaire).

Il compose dans les studios du GRM (Groupe de Recherches Musicales), du GMVL (Groupe Musiques Vivantes de Lyon), de la Muse en Circuit, de Cesaré à Reims, ainsi que dans son studio personnel. Avec l’artiste Olivier Capparos, il travaille à la réalisation d’ateliers de création radiophonique pour France Culture. Les deux compositeurs collaborent ainsi notamment pour Kitty Hawk, le sable et le vent, 

création au Grand Théâtre de Reims en 2008, et Le puits et la dune, création sur France Culture en 2014.

Les compositions musicales de Lionel Marchetti sont des cinémas pour l’oreille, exploitant l’idée de musique-promenade, une dérive dans un paysage au travers d’impressions mentales : Dans la montagne, création dans le cadre du festival 38e Rugissants (1995) ; La grande vallée, création au GRM (1996) ; Train de nuit (Noord 3-683), création aux Instants Chavirés de Montreuil (1999) ; Adèle et Hadrien le livre des vacances, commande du GRM créée lors des Multiphonies (2007) ; Échange cannibale 2, œuvre co-composée avec Jérôme Noetinger, créée au festival Radio France Occitanie Montpellier (2013) ; Un nuage de poussière, pour violon et électronique, une commande du CNCM Césaré (2018).

Lionel Marchetti consacre aussi une partie de ses activités à l’improvisation sur scène, en solo ou avec des musiciens comme Jérôme Noetinger, Xavier Garcia, Seijiro Murayama, Jean-Baptiste Favory, Carole Rieussec, Patrick Charbonnier, Nicolas Losson ou encore Yôko Higashi.

Il est également auteur de poésies et d’essais sur la musique concrète, dont La musique concrète de Michel Chion (1998) et Haut-parleur, voix et miroir (2003).

Érik Bullot

Né en 1963. Après des études à l’École nationale supérieure de la photographie (Arles) et à l’IDHEC (Paris), il réalise des films à mi-chemin du film d’artiste, du documentaire et du cinéma expérimental. Ses films explorent les puissances poétiques et formelles du cinéma.

Sa filmographie compte une trentaine de titres, dont Le Jardin chinois (1990), Le Singe de la lumière (2002), Glossolalie (2005), Trois faces (2007), L’Alliance (2010), Tongue Twisters (2011), Fugue géographique (2013), La Révolution de l’alphabet (2014), Traité d’optique (2017).

Son travail a été présenté dans de nombreux festivals et musées, notamment le Jeu de Paume (Paris), le Centre Georges Pompidou (Paris), le Mucem (Marseille), le FIDMarseille, la Biennale de l’image en mouvement (Genève), le MAMCO (Genève), le CCCB (Barcelone), La Casa Encendida (Madrid), le MoMA (New York), le New Museum (New York), le Musée d’art moderne de Buenos Aires, la Cineteca nacional de Chile.

Ses films sont présents dans différentes collections : Musée national d’art moderne (Centre Pompidou, Paris), Collection départementale d’art contemporain (Seine-Saint-Denis), Xcèntric (CCCB, Barcelone). Il a exposé récemment au Musée d’art contemporain de Belgrade (2014), au New Museum (New York, 2014), à la Galeria Arsenal (Bialystok, Pologne, 2015), au Musée de peinture de Sant Pol de Mar (République de Catalogne, 2016), au Mucem (Marseille, 2017).

Il a publié plusieurs livres : Tombeau pour un excentrique (roman, Deyrolle, 1996), Jardins-rébus (essai, Actes Sud, 1999), Érik Bullot, monographie accompagnée d’un DVD, avec un essai de Jacques Aumont (Léo Scheer, 2003), Sayat Nova (Yellow Now, 2007), Renversements 1 et 2. Notes sur le cinéma (Paris Expérimental, 2009, 2013), Sortir du cinéma (Mamco, 2013), Le Film et son double (Mamco, 2017). Il a coordonné les ouvrages Pointligneplan. Cinéma et art contemporain (Léo Scheer, 2002) et Du film performatif (it: éditions, 2018). Il collabore régulièrement à la revue Trafic. Un DVD, édité en 2006 par la revue Vertigo et Capricci, rassemble ses journaux filmés et le film Glossolalie. Son film Trois faces est sorti en salle à Paris en octobre 2008.

Il a enseigné le cinéma et la photographie dans différentes écoles d’art : Marseille, Le Fresnoy, Arles, Avignon. Il a créé et dirigé le troisième cycle Document et art contemporain à l’École européenne supérieure de l’image (Angoulême-Poitiers, France) de 2010 à 2016. Il fut professeur invité à l’Université de New York à Buffalo (États-Unis) de 2009 à 2011, au Centro de Investigaciones Artísticas (CIA) à Buenos Aires (Argentine) en 2013 et à la Faculté des médias et de la communication à Belgrade (Serbie) en 2018. Il enseigne actuellement le cinéma à l’École nationale supérieure d’art de Bourges (France).

Violaine Lochu

Née en 1987, vit et travaille à Montreuil. Le travail de Violaine Lochu est une exploration du langage et de la voix. Dans ses performances, vidéos, pièces radiophoniques, elle croise ses propres recherches vocales avec une relecture libre de différentes traditions écrites ou orales (mythes, contes, chansons populaires…), des réflexions théoriques (nourries de psychanalyse, de linguistique, de sociologie…), et un matériau sonore recueilli lors des nombreuses rencontres auxquelles sa pratique donne lieu. La performance créée pour le projet Mémoire Palace par exemple, est une ré-interprétation des paroles des 200 personnes de tous horizons rencontrés durant les 3 mois de sa résidence au Centre d’art le 116 (Montreuil). A chacune de ses interventions, Violaine Lochu explore tout le spectre et toutes les possibilités esthétiques de sa voix, y compris les plus inattendues, pour tenter de l’emmener vers un au-delà du dicible.

Violaine Lochu est diplômée de l’ENSAPC (Ecole nationale supérieure d’art de Paris Cergy) et titulaire d’un Master II de recherche en arts plastiques (université Rennes 2). Lauréate du prix Aware 2018 et du prix de la performance 2017 du Salon de la Jeune Création, elle a performé entre autres au Centre Pompidou (festival Extra 2018), au Palais de Tokyo (25 ans de D.C.A, 2017), lors de Parade for FIAC 2017, au Jeu de Paume, au FRAC Champagne Ardennes, au Kunsterein de Munich en Allemagne, aux Bouffes du Nord et au théâtre le 4e art de Tunis (festival La voix est libre, 2015)… Son travail a été exposé lors de nombreuses expositions collectives notamment au MAC VAL (Tous de Sangs Mêlés, 2017), au Ferenczi museumi centrum en Hongrie (Reconstructing Eden, 2018), au Centre d’art Bétonsalon et à la Justina M. Barnicke Gallery à Toronto au Canada (Something more than a succesion of notes, 2013), ainsi que durant le Salon de Montrouge 2016 et le Salon de la Jeune Création 2017. La galerie Dohyang Lee à Paris et le Centre d’Art Contemporain Chanot à Clamart ont accueilli récemment ses expositions personnelles Hypnorama et Hinterland. Gràce au soutien du Centre National des Arts Plastiques, elle mène actuellement une recherche en Laponie.

Jérôme Joy

Né le 26 décembre 1961 à Nantes. Compositeur français qui, depuis le début des années 1980, est présent sur la scène internationale de la musique expérimentale et improvisée, électroacoustique, électronique, temps réel, instrumentale et de la musique en réseau.

Après avoir enseigné à l’École nationale supérieure d’art de Nice Villa Arson de 1992 à 2010 (au département Son, à la suite de Lars Fredrikson), il est actuellement professeur à l’École nationale supérieure de Bourges et poursuit un Ph.D. de recherche-création en art audio et musique expérimentale à l’université Laval Québec. De 2001 à 2005, la School of the Art Institute of Chicago SAIC l’a invité en tant que visiting artist. Il est depuis 2004 directeur de recherche de « Locus Sonus » avec Peter Sinclair. Il est aussi cofondateur de plusieurs collectifs et projets de musique expérimentale en France et au Japon (pizMO, PacJap, JOKTTJJEG, JJEL, etc.), de l’ensemble instrumental Proxima Centauri ainsi que du label Tiramizu, et a créé les projets collaboratifs sur Internet Collective JukeBox, nocinema.org, Sobralasolas !, RadioMatic, ForumHub, ou encore, avec Paul Devautour, les projets artistiques Lascaux2 et AGGLO. Depuis 1997, il est membre de la net.art-communauté The Thing (NYC) un collectif d’artistes et d’activistes.

Depuis les années 1990, il participe à de nombreux festivals, expositions et colloques internationaux et a bénéficié de plusieurs résidences en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. En 2012 il a bénéficié d’une résidence de recherche à l’UQÀM à Montréal.

Ses disques sont distribués par Metamkine, Tiramizu, 23Five/SFMOMA, Fibrr Records et Ohm Avatar. Son livre LOGS est disponible aux éditions è®e. Ses articles sont publiés dans de nombreuses revues anglophones et francophones.

 

Pour en savoir + sur la promotion 2018-2019

 

 

RadioRadio

Une radio temporaire de création fabriquée par des étudiant(e)s de l’Ensa Bourges
en FM : 105.1 à Bourges
et sur le web

Atelier sonore d’esthétique

Créé en 2005, l’Atelier sonore d’esthétique, est un séminaire de recherche esthétique en création sonore expérimentale — site web

Arts et créations sonores

Post-diplôme en partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges — d'électroacoustique — site web

dsra
document & art contemporain

3e cycle — avec l'ÉESI Poitiers-Angoulême — site web