Skip to main content

Installation vidéo dans les combles du Palais Jacques Cœur

Du 22 mai au 4 juin 2023

Jinyoung Jun
étudiante à l’Ensa de Bourges

La vie, la mort, éternellement

Régulièrement, le palais Jacques Cœur se fait le lieu de résonnance des problématiques que formulent les étudiant.e.s de l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges.

Pour Jinyoung, étudiante coréenne, l’expérience de l’éloignement avec sa part de perte et d’abandon, l’a conduite à animer les sculptures du palais Jacques Cœur, témoins de siècles d’existence, pour deviser sur la vie, la mort, dans un registre poétique.

Je passe toujours devant le palais Jacques Cœur pour me rendre à l’école et mon regard croise régulièrement les visages sculptés sur la façade. Chaque fois que je les vois, je pense à la peur de la mort et à la tristesse que la disparition de ma mère m’apportera un jour. Il me semblait que si je continuais à m’exposer à des choses qui me rappellent la mort, je n’en aurais naturellement plus peur. Pour cette raison, j’ai réalisé cette première installation.

Concernant la seconde, la vie, à l’opposé du travail précédent, se trouve consacrée. Ce travail est fait de photographies prises au musée d’Orsay avant d’avoir eu des nouvelles de ma mère avec laquelle je suis éloignée géographiquement. Grâce à la présence des gens lors de la visite, le réalisme et la beauté de ces sculptures, j’ai senti la vitalité de la vie en les regardant.

C’était intéressant, qu’au musée, je puisse être gagnée par un sentiment complètement différent de celui que j’ai pu ressentir en voyant les sculptures du palais Jacques Cœur.

Jinyoung